La récupération des eaux de pluie

Alternative économique et écologique, cette méthode est relativement simple à mettre en place et offre de nombreux avantages.

L’eau de pluie récoltée peut être utilisée pour des usages non alimentaires et non liés à l’hygiène corporelle tels que l’arrosage des jardins, le lavage d’outils, le nettoyage des sols, le nettoyage des véhicules, des vélos, etc…

Le système de récupération d’eau de pluie peut être enterré ou non (voir schémas ci-après).

Cuve hors-sol

La cuve placée à l’extérieur est équipée d’un filtre pour débarrasser l’eau des insectes et des feuilles mortes ; elle est directement reliée à la gouttière et a une contenance de 200 à 500 L, quantité équivalente à l’arrosage d’un jardin de 50m².

 

Cuve enterrée

La cuve enterrée peut contenir jusqu’à 20 000 L d’eau. La citerne opaque ainsi installée est à l’abri de la chaleur, du gel et de la lumière ; elle est également reliée à un récupérateur d’eau via un système de filtration.

Avantages économiques

Pour calculer la quantité d’eau que l’on peut capter dans une habitation individuelle sur une année, il suffit de multiplier la superficie au sol du logement par la pluviosité annuelle de notre région.
Par exemple, une maison de 80 m² en région Lorraine dont la pluviosité est de l’ordre de 0,8 m par an peut récolter 80 x 0,8 = 64 m3 d’eau soit 64 000 L.
De plus, l’installation d’un équipement visant à récupérer les eaux pluviales pour arroser le jardin, laver la voiture… profite d’un crédit d’impôt à hauteur de 25 % des dépenses, plafonné à 8 000 €.
http://www.ecologie.gouv.fr

Avantages écologiques

Cette méthode est à privilégier puisqu’elle réduit le pompage des eaux présentes dans les nappes phréatiques et les traitements pour la rendre potable.