La recherche de fuite

La détection des fuites est plus facile aujourd’hui grâce aux progrès en matière d’acoustique, de miniaturisation des appareils et du traitement informatique.

Pourquoi traquer les fuites ?

Au niveau national, 30 à 40 % de l’eau potable serait perdue sous forme de fuite. Pour moitié sur le réseau et pour moitié chez l’usager. Les pertes sur le réseau sont estimées à un milliard de m3. En plus du gaspillage, ces fuites provoquent des baisses de pression, détériorent les chaussées et peuvent contaminer les réseaux par de l’eau polluée.

Quelles sont les causes des fuites ?

Elles peuvent provenir de fuites sur les canalisations enterrées, de joints défectueux ou de branchements mal effectués. Les canalisations peuvent être endommagées par des mouvements du sol ou des travaux souterrains.

Quels sont les moyens mis en œuvre par le SIEGVO pour déceler ces fuites ?

  1. Réaliser un inventaire précis du réseau : tracé exact, longueur, diamètre et nature des tuyaux.
  2. Des compteurs judicieusement placés sur le réseau de distribution enregistrent les débits qui transitent. Ces informations sont recueillies au niveau d’un PC (télégestion). Les courbes sont analysées chaque matin et notamment le débit minimum de nuit qui est comparé à un débit de référence. Ainsi des secteurs dits « fuyards » sont décelés.
  3. Le secteur est ensuite scruté à l’aide d’un véhicule équipé d’un corrélateur acoustique. La méthode utilisée est basée sur l’analyse et la corrélation des vibrations. Le principe de la corrélation est le suivant : une fuite émet du bruit qui se propage le long de la canalisation et dans l’eau. L’analyse des signaux captés par le corrélateur conduit à la détermination des temps de propagation du bruit vers les capteurs. Connaissant la vitesse de propagation, l’appareil détermine la position de la fuite par rapport aux capteurs.

Enfin, le SIEGVO dispose également de prélocalisateurs de fuites. Ces appareils sont disposés préventivement sur le réseau et enregistrent les bruits de nuit dans un rayon de 100 à 200 mètres. Le corrélateur précisant ensuite la position exacte de la fuite. Cependant, certains paramètres indésirables peuvent compromettre la recherche de fuites. C’est notamment le cas des surpresseurs, chaufferies, réducteurs de pression qui émettent des bruits et perturbent le bon déroulement de l’écoute.

Cette surveillance permanente a permis depuis plusieurs années de limiter de façon sensible les pertes sur le réseau de distribution et de garantir à chacun, dans les années à venir, une eau en quantité suffisante et de bonne qualité.